Bonjour,

Le climat par ici est des plus étranges : avant-hier encore, une chape de plomb nous tenait à l'ombre, recroquevillés à côté d'une bouteille d'eau glacée, Pilou n'avait plus la force de jouer et passait ses journées étendu de tout son long dans les coins les plus frais de l'appart et voilà qu'après un orage mémorable, le froid nous prend et, perdre quasiment 15 degrés en deux jours, ça fait tout bizarre. Et en plus, y'aurait de la chance pour que ça neige à 1500 aujourd'hui.

On va rester zen, un coup de frais, ça fait plutôt du bien en contraste avec les températures équatoriales de ces derniers jours et du coup, ça me motive à refaire des petits plats mijotés.

Là, c'est la rencontre entre un assaisonement plutôt asiatique et une méthode de cuisson qui se rapprocherait assez de celle du tajine.

poulet_ail_soja_010


Pour ce faire :

Une demi-journée auparavant (quand il pleut, on a tout le temps d'attendre), découper trois blancs de poulet en morceaux assez gros. Choisir de préférence un poulet de qualité afin d'avoir une bonne tenue à la cuisson qui va être un peu longue.
Mettre ce poulet à mariner au frais avec de la sauce shoyu (c'est de la sauce de soja et de riz, un peu plus douce et moins salée que la sauce soja classique), un peu de vin blanc, beaucoup d'ail, du poivre, un peu de piment de cayenne et un oignon débité en petits cubes.

Pendant que ça marine, se livrer à des activités passionantes, telles que chercher sa polaire et ses moon-boots ou apprendre à faire du feu en frottant deux bouts de bois.

La demi-journée passée, réunir sur la table de la cuisine un poivron vert, quatre carottes, deux courgettes et un oignon. Les laver, les déshabiller et les rassurer en promettant un feu tropical à leur mine frigorifiée. Les tronconner en morceaux assez gros sauf l'oignon qui traditionnelement se verra débité en fines lamelles.

Faire chauffer un peu d'huile d'olive dans une sauteuse et faire danser les oignons à l'intérieur. Dès qu'ils ont un petit blond californien, rajouter les morceaux de poulet et reserver la marinade.
Faire brunir le tout, rajouter les légumes tronconnés, soupoudrer de bouillon de légumes en poudre, verser la marinade et mouiller à hauteur du poulet avec de l'eau bouillante.

Couvrir et oublier le tout à feu très très doux pour une grosse heure de cuisson.

Verdict : Ce type de marinade va très bien avec le poulet, il en relève puissament le goût. La cuisson rend les légumes moelleux et fondants, la seule erreur ici est sur le poivron, un peu amer qui contraste avec le sucré des autres ingédients.